Sfumato, l’art d’effacer les contours
Création automne 2022

De

  • Sofia Hisborn

Sur une idée originale de

  • Sofia Hisborn et Sébastien Accart

Mise en scène

  • Benoit Giros

Avec :

  • Sofia Hisborn
  • Sébastien Accart
  • Judith Rémy

Durée

  • 50 mn

Public

  • Tout Public à partir de 8 ans

Léonard est un garçon de 12 ans élevé par sa mère Catarina, maman solo, dans le petit village de Vinci en Toscane. Catarina est une grande passionnée d’anagrammes. Léonard est fasciné par la nature et dévoré par l’envie de la comprendre. Il se balade, revêtu d’une peau de bête pour mieux se fondre dans la campagne. Il dissèque les animaux et multiplie les expériences.
Il aime aussi dessiner et ses talents sont vite remarqués. Francesco, prince de la région, lui demande de faire le portrait de sa femme, Mona Lisa. Léonard refuse de répondre à la commande, «parce qu’on ne fait pas travailler les enfants».
Mais Léonard change d’avis comme de chemise, il esquisse le portrait en cachette. Sous son pinceau, naît La Joconde, qu’il baptise Peggy. Elle prend vie et devient son élève. Il lui transmet tout son savoir acquis dans la nature. Un matin, Peggy se réveille avec des moustaches. Léonard lui a fait une blague. Peggy n’a pas de temps à perdre avec ce genre de canular. Guidée par la soif de savoir que lui a insufflée son créateur, elle décide de prendre ses cliques et ses claques pour voyager dans l’espace et le temps. Elle les parcourt depuis la préhistoire, change d’identité au gré de ses incarnations pour, enfin, embarquer, à bord de la navette spatiale européenne. Pendant ce temps, Léonard cherche son tableau. Il ne parvient pas à combler le vide qu’y a laissé Peggy en le quittant.
Lors de son dernier voyage spatio-temporel, Peggy est victime d’un accident et meurt. Son autopsie, réalisée par Léonard, révèle des secrets anatomiques inédits et des sfumati métaphysiques.

Sfumato, l’art d’effacer les contours est un spectacle jeune public revisitant l’histoire de Léonard de Vinci et particulièrement son œuvre, La Joconde.
Il joue sur des mises en abîmes et des glissements spatio-temporels. Je prends une liberté totale avec le temps pour lui tordre le cou. On peut, ici, traverser le temps, l’arrêter, l’accélérer, le superposer... On peut vivre à la Renaissance, porter un casque de moto et manger des paupiettes de grives réchauffées au micro-ondes. On peut être ici et ailleurs et exister dans différents espaces-temps. À travers le regard de Peggy et ses voyages dans le temps, le texte aborde des questions philosophiques et métaphysiques : quel est le rapport au temps d’une œuvre d’art ? un portrait, une photo, sont-ils encore un peu de nous ? mourir, est-ce disparaitre ? le temps et l’espace sont-ils contenus par les limites de notre regard et de notre connaissance ? l’art et l’imagination peuvent-ils repousser les limites du temps ?
peut-on remonter le temps jusqu’au bout ? Et entrapercevoir l’origine du monde?
Sofia Hisborn

Le texte est un jaillissement, où les liens souterrains de la recherche de Sofia Hisborn sur la question de l’origine du monde sont en place d’une façon évidente, au service d’une fiction.

La pièce est une fantaisie. Une frénésie aussi. Débridée, elle nous emporte au plus profond de l’Univers. À la poursuite d’un personnage illustre, la Joconde, au plus profond du tableau. Là où l’infiniment grand et l’infiniment petit se rejoignent. On passe sans cesse d’aujourd’hui à demain, d’ici à là-bas. C’est un objet de théâtre où ni le temps, ni l’espace ne sont réels. C’est un texte sur le temps. Sur la collusion des temps. Sur l’origine de l’Univers, sur l’origine d’un tableau, sur l’origine d’une recherche.

Distribution / soutiens

Scénographie : François Gauthier-Lafaye
Costumes : Elisabeth Cerqueira
Lumières : (en cours)
Production : Compagnie L’idée du Nord
Soutiens : Ville d’Orléans, Ville d’Amboise, Le château du Clos-Lucé, La Halle aux Grains à Blois, le Théâtre de Chartres

Collaborateurs artistiques
Sofia Hisborn

Sofia se forme à l’ENSATT et à Paris IV, elle est titulaire du DE de professeur de théâtre et d’une maîtrise d’études théâtrales. Au sein de sa compagnie, Queen’s Pig Cie, elle écrit et met en scène Quand je serai une autre ou ci-joint la couleur de mes cheveux, Conférence sur l’art pour des idiots par des idiots, Shooting Star. Par ailleurs, elle joue sous la direction de Sylvain Maurice (Peer Gynt), de François Wastiaux (Labo Lube), Jean Davel (Nina c’est autre chose), Jean Michel Rabeux (Déshabillage - Comédie mortelle, Mais n’ te promène donc pas toute nue !), Jacques Kraemer, Jean Michel Rivinoff, et Anna Nozière (Les Grandes Eaux, Esprits). Par ailleurs elle met en scène Adell Nodé-Langlois dans Antigone - Monologue Clownesque et est régulièrement sollicitée par les SEA GIRLS comme œil dramaturgique. Au cinéma elle tourne avec Jérôme Bonnell et Olivier Guignard, à la télé, dans Scènes de Ménage. D’autre part elle est l’autrice de Sfumato, l’art d’effacer les contours écrit en 2020.

Sébastien Accart

Suite à des études d’art graphiques à l’ESAG-Penninghen, Sébastien Accart intègre le Conservatoire Municipal du Centre de Paris. Il est initié à l’art du clown par Anne Cornu et Vincent Rouche. Au théâtre, il joue sous la direction de Didier Bezace (La Version de Browning, spectacle pour lequel il est nommé au Molière de la révélation), Claudia Stavisky, Jeanne Champagne, Christian Gangneron, Albert Delpy... Il joue dans la dernière pièce d’Anna Nozière, Esprits. Pour la télévision, il tourne entre autres sous la direction de Volker Schlöndorff dans le téléfilm La Mer à l’aube pour Arte. Avec Nina-Paloma Polly, il crée le collectif ROSA et met en scène son premier spectacle : Rosa, les lettres intimes et discours politiques de Rosa Luxemburg, (Maison des métallos). En collaboration avec Vincent Rouche, il écrit la conférence-spectacle L'Homme d'à côté, autour de la représentation du sentiment amoureux selon le cinéma. En 2021, il sera à nouveau en résidence au 104 avec le collectif ROSA pour la création de Kiwi, Litchi et les autres d’après Daniel Danis. Parallèlement à son parcours de comédien, il obtient un Master d’Histoire du cinéma à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Judith Rémy

Judith Rémy est co-directrice artistique des Sea Girls avec lesquelles elle a joué Anthologie ou presque, Les Sea Girls au pouvoir, La Revue, Les Sea Girls fêtent la fin du monde, Chansons à pousse-pousse. Elle a joué au théâtre avec Johanny Bert, Philippe Nicolle, Patrick Haudecoeur, P-F Martin Laval, Sofia Hisborn, Pierre Notte ... Au cinéma et à la télévision, elle a travaillé avec Jérôme Bonnel, Nathalie Boutefeu, Olivier Guignard, Christian Vincent, Nathalie Donnini, Sylvain Monod, Bertrand Arthuys, Fabrice Cazeneuve, Magali Clément, … Elle enseigne aux élèves de comédie musicale du Cours Florent et de l’Institut National des Arts du Music Hall.

Dates à venir
  • du 04 au 06 octobre 2022
    Création
    Halle aux grains, scène nationale de Blois.